Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Le mental par Charly Alverda

mental

« Le but du mental est de vaincre le passé en se dépassant pour arriver à l’origine, alors que le but de la sexualité et de la créativité est de nous emmener vers le futur, jusqu’à la fin des temps ». - JODOROWSKY -

Comment le mental aurait-il un but, puisqu’il est inconscient, et comment vaincrait-il le passé puisque celui-ci est son aliment ? Qu’est-ce que le mental ou l’égo ? Juste le sens contrôleur de l’individualité par la Nature (naturante) et une collection de pensées maintenues ensemble par la mémoire.

Nous ne sommes pas des « individus » dans le sens trivial du mot, nous sommes la vie sans limite - non-née et donc non-mortelle - qui se manifeste en termes de paix, d’amour et de joie, … dans une « existence » finie. Le mental ne peut puiser que dans sa mémoire, le passé, pour former un futur fictif. Ce dernier ne pouvant être qu’une reproduction de ce passé sous une forme à peine différente : plus ou moins d’attachements au sexe, à l’argent, au pouvoir ; donc plus ou moins de souffrances, de plaisirs aussi, mais jamais la vraie joie que seul peut donner le présent. La cause de l’anxiété, du manque, de l’ennui… est la peur de mourir de l’égo. Or, la paix, la joie et l’amour véritables ne sont que lorsque le mental disparait, c’est-à-dire qu’il n’est plus « celui » qui commande. J’écris mais JE n’écris pas !

Mon mental raisonnant est un bien mauvais maître mais un parfait serviteur disent les hindous, et un proverbe portugais dit qu’il faut mourir avant de mourir.

La « personnalité » humaine est sous la dépendance de la Nature inférieure (il y a une Nature supérieure). Cette Nature conditionne l’existant (pas le vivant !) uniquement pour se perpétrer; pensées, émotions, désirs y compris sexuels (surtout) sont ses moyens d’expression. Dans l’humain (non réalisé) le mental ne fait qu’interpréter ce désir « naturel », mais sa plus grande peur est évidemment de disparaître… ne connaissant rien d’autre que sa finitude, et ne pouvant avoir accès à cet « au-delà » puisqu’il s’appuie sur le passé (sa mémoire) pour s’alimenter… jusqu’à son terme : la mort du corps.

Le mental ne peut voir l’Etre, mais l’Etre, la conscience, peut le « voir ». Développer cette conscience-témoin est l’unique moyen d’échapper à ses pièges.

Le temps et l’espace sont la création du mental par la pensée, on peut en faire l’expérience par la méditation. Temps et espace n’existent que lorsque je pense, ce qui me relie à toutes les pensées de tous les êtres pensants, mais la pensée continue est la forteresse du mental. Si je ne pense plus, je cesse d’EXISTER… pour ÊTRE. Quand je dors du sommeil profond, le mental n’existe plus et pourtant JE suis toujours, puisque je me réveille… avec « ses » pensées. Le mental n’a pas peur de mourir quand je vais m’endormir parce qu’il est conditionné dans la croyance qu’il va revivre le lendemain… et pourtant il meurt dans le sommeil profond !

Quant à la vraie créativité, elle ne peut certes que s’exercer dans le présent. C’est une chance qu’en français un présent soit un cadeau !

Les hindous ont plus de 2300 d’expériences et de connaissances psychologiques, j’ai pu reconnaître dans la Gita les affirmations de nos religions – dites à (grand) tort monothéistes – sur ces sujets.

C’était juste un petit témoignage bien qu’encore maladroitement formulé n’étant pas un être réalisé (!) mais témoignage corroboré par de plus en plus d’expérimentateurs en Occident.

Amicalement,

Charly ALVERDA

Tags : ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD