Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


La Voyance, mode d’emploi

proposé par Laurent ÉDOUARDDr Rappaz

13 novembre 2009 – TEXTE : Christine Savioz – PHOTOS : Christian Hofmann –

Reproduction intégrale avec l’aimable autorisation du Rédacteur en Chef du Nouvelliste.ch

La psychiatre Christine Rappaz-Lasserre cosigne un guide sur les meilleurs astrologues et voyants. Un ouvrage sérieux pour aider les gens à savoir «où ils mettent les pieds» en allant consulter des extralucides.

Le Dr Christine Rappaz-Lasserre dans son cabinet à Belmont-sur-Lausanne. Le guide qu’elle a conçu avec Sandra Gaudin recense 150 adresses d’astrologues et voyants recommandés en Suisse, France et Belgique.

Le marché des voyants, astrologues et autres médiums ne cesse de croître. En Suisse romande, on estime à 400 000 le nombre de consultations annuelles. Parfois cependant, les clients ont affaire à des charlatans. Comment les repérer ? Comment choisir la technique de voyance qui nous conviendra ? C’est pour répondre à ces questions que la psychiatre Christine Rappaz-Lasserre et la comédienne valaisanne Sandra Gaudin ont édité un guide des meilleurs astrologues et voyants. En première partie, le Dr Rappaz-Lasserre aborde les arts divinatoires d’un point de vue historique et psychologique notamment. Entretien dans son cabinet à Belmont-sur-Lausanne.

Vous êtes mathématicienne de formation, donc très rationnelle. N’est-ce pas paradoxal avec la voyance ?

J’ai effectivement une formation de scientifique, mais j’ai choisi la psychiatrie, car le fonctionnement psychique m’intéresse et l’être humain dans son ensemble, donc je peux aussi bien m’intéresser au foot qu’à la musique ou à la bourse, etc., tout ce dont me parlent mes patients. En tant que psychothérapeute, on doit avoir l’esprit ouvert sur tout. Comme beaucoup de mes patients me disaient qu’ils consultaient des voyants, je m’y suis intéressée. Car le phénomène de voyance pose la question de la définition du psychisme. Au fil de mes recherches, j’ai constaté que lorsque vous étudiez la voyance, soit vous êtes dans un champ de foire, soit vous avez de grands savants mais entre les deux, il n’y a rien. Je voulais transmettre ce que j’ai découvert, en vulgarisant et expliquer aux gens le monde dans lequel ils mettent les pieds.

Une personne peut être conditionnée par ce qu’une voyante lui annonce. Quels conseils lui donneriez-vous?

Je ne donnerai pas de conseils aux gens, car nous arrivons tous avec des attentes. C’est aux voyants qu’il faudrait donner des conseils. Souvent, certains se disent voyants mais ils ne font que des projections. Le gros problème aussi c’est que les voyants ne sont pas formés en termes psychologiques. Par exemple, ils pourront vous dire qu’à telle période, vous allez vous séparer de votre conjoint. Alors que vous n’allez pas forcément vous séparer de lui, mais du mode relationnel qui existe entre vous. Les «bons» voyants vous avertiront que vous allez traverser une période de soubresauts sur le plan relationnel. Cela vous permettra de vous y préparer. C’est comme lorsqu’on vous dit que telle période est favorable à un changement professionnel. Si votre travail vous satisfait à ce moment-là, vous n’êtes pas forcé d’en changer. Le libre-arbitre est total.

On est donc maître de sa vie ?

Oui, j’en suis persuadée. La voyante Maud Kristen dit qu’elle utilise la voyance comme on utiliserait un test génétique. C’est un outil. Savoir que son prochain voyage sera perturbé permet de rester calme quand cela arrive. C’est comme l’ADN. Si vous savez que dans votre famille, il y a un risque de maladie cardiovasculaire, vous pourrez choisir d’adapter votre mode de vie ou pas.

Franchement, en tant que psychiatre, trouvez-vous utile que les personnes aillent consulter un voyant ?

Si elles y vont, c’est qu’elles ont l’impression que ça les aide. Ça leur fait du bien d’entendre parler d’elles. Les gens adorent qu’on leur parle d’eux. Quand vous allez chez un psy, il se tait; il est là pour vous écouter. Souvent, il y a donc une frustration chez les patients.

Mais n’y a-t-il pas un côté malsain dans la voyance ? Un risque de dépendance ?

Il y a un risque de dépendance oui. Mais en tout. Si vous avez tendance à la dépendance dans votre caractère, il y a un risque. Tout le problème est de savoir si la personne en face va en abuser ou pas.

Mais diriez-vous à votre patient d’être vigilant ?

Si je vois un patient qui a tendance à consulter beaucoup, j’aurais de toute façon déjà vu qu’il avait tendance à être dépendant dans sa vie. Et puis, s’il va régulièrement consulter une personne qui a une certaine éthique, pourquoi pas ? C’est mieux que la dépendance à la drogue ou à l’alcool. Tout est relatif.

Vous réfutez le terme de «croire» à l’astrologie…

Je ne parle pas de croyance car nous ne sommes pas dans le domaine du religieux. Là, ce n’est pas une question de croyance, c’est une question d’attitude. Je décide que l’astrologie m’apporte quelque chose.

Tags : ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD