Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Des visages de l’Amour

…/… Depuis sa mystérieuse apparition sous les gouges de Nicolas Conver, qui tourmentait une plaque de poirier vers les années 1740/1750, le Tarot de Marseille va son bonhomme de chemin, continuant à véhiculer des vérités flagellantes ou subtiles pour ceux qui veulent bien, à l’entrée du palais, ôter leurs bottes à clous, leurs casques étanches, leurs cache-cœur en kevlar et leurs paupières en plomb.

Nos réactions d’agacement ou de terreur laissent froid, ou plutôt intact, ce superbe Tout, cet hologramme en deux dimensions visibles, et une quantité innombrable de dimensions à laisser s’ouvrir : il demeure le conseil Magnifique qui enclôt et détient le Jeu du Gouvernement du Monde.

Il ne tient qu’à nous d’entrer dans cet hologramme les yeux ouverts, pauvres en esprit et modestes dans notre exultation.

A tous les coins de carte, on rencontre l’Amour, celui qui se cache pour nous dévorer au ventre (LA LUNE), celui qui nous effleure pour infléchir nos pas (LE SOLEIL), celui qui transvase nos énergies polaires (TEMPERANCE) et s’incarne dans l’Androgyne dansant (LE MONDE), passerelle vers un autre ordre basé sur le Cinq… Bien sûr, je ne mentionnerai pas L’AMOUREUX, qui dévoile plutôt des passages/retournements de la naissance et de la mort. On peut même affirmer que le Tarot de Marseille est une immense œuvre d’amour qui rayonne en descendant du Futur, où il est accompli.

Plus rigoureux et plus sensé, le Tarot nous suggère aussi, avec précision, les fondements du couple, ou plutôt le fondement de quatre types de couples différents, en quelque sorte incoercibles, incontournables, qui recouvrent toutes les sortes de relations entre deux personnes, et cela avec la grâce infinie de la mesure : huit cartes seulement, les Roys et les Reynes, chaque Reyne étant la sœur d’un Roy et la seule partenaire possible pour un autre Roy. Et réciproquement !

La lecture de ces cartes et la compréhension qui en émane sont, comme toujours, de l’ordre d’une évidence qui se dissimule à peine au milieu de détails moins cohérents. Le Tarot comporte un sous-ensemble (sur les quatre qui le composent) de 16 personnes que l’on peut grouper en quatre « familles », caractérisées par l’outil porté par chacun des quatre membres : Valet, Cavalier, Reyne, Roy, et qui donne son nom à ces quatre familles : Coupe, Deniers, Epée, Bâton (notons que seul Deniers est au pluriel), et que la pluralité ainsi soulignée correspond à une série des mêmes outils, dépourvue de numérotation : à nous de découvrir sur quelle sorte de pluralité notre attention doit se diriger.

Tchalaï in Passerelles Belges


Tags : , ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD