Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Tchalaï Unger : tarot de Marseille et voyance

Le travail avec le tarot de Marseille est physiologique, psychologique et spirituel. On peut l’utiliser pour sa propre éducation ou pour aider les autres (diagnostic et thérapie). Il ne fait intervenir ni la voyance ni ce que l’on nomme dons médiumniques. Par contre, il développe toutes les qualités de justesse et de compréhension, donc l’intuition.

par Tchalaï UNGER

Laurent EDOUARD

Cet article voudrait permettre d’expérimenter cette découverte que chaque humble serviteur du tarot fait un jour ou l’autre (plutôt l’autre, car il faut bien des années d’assiduité pour qu’elle commence à s’imposer à lui) : le tarot, l’univers et le système nerveux de l’homme ont des liens constants, très étroits et très précis. La façon la plus simple de l’expérimenter est celle-ci : le tarot permet de déchiffrer l’univers et le système nerveux de l’homme et, ainsi, de vivre en harmonie avec eux, c’est-à-dire avec l’intérieur et l’extérieur. Probablement tous les trois sont-ils des manifestations, sur des plans de réalité différents, et avec des modalités différentes, de la même Une vérité. Mais restons dans la pratique, dans l’utile, dans l’instant : voici des bases pour travailler avec le tarot.

Ces bases de travail sont utilisables pour n’importe quelle voie de connaissance ésotérique ou exotérique, de telles distinctions n’ayant d’ailleurs plus lieu d’être dès un certain niveau de réalisation dans le travail.

Pour travailler avec le tarot, encadrez d’or le vieil adage Est Rota Magister : c’est le tarot qui est le maître. Traitez-le avec déférence, presque avec dévotion, car il est beaucoup plus grand que vous et extrêmement puissant (on ne badine pas avec les légions angéliques !). Mais pas de superstition, l’attitude juste se sent du dedans : ce ne sont que des morceaux de carton colorié. Vous utilisez les morceaux de carton jusqu’à ce que vous ayez pu établir toutes les connexions avec votre tarot intérieur. Maintenez ces deux pôles comme générateurs d’un courant d’énergie.

Deuxièmement : encadrez d’or la devise de la Société royale des sciences britannique : Nullis in verba (ne croire personne sur parole), et n’en détachez pas votre esprit un seul instant. Tout doit être pour vous hypothèse de travail, à commencer par cet article. (Cependant, considérez-le avec soin : vous n’en lirez le contenu dans aucun livre, et il y a peu de chance pour que vous tombiez par hasard sur une chaîne de transmission orale du tarot. Certes, vous pouvez tout retrouver seul… à supposer que vous ayez quelques siècles devant vous.). Soyez attentif à la résonance intérieure qu’il entrainera. Les musiciens savent qu’un son juste entraine des harmoniques pures. Voyez ce que vous enseignera un commencement de travail selon les bases qui sont exposées ici.

Troisièmement : le tarot n’est dans aucun livre. Il est dans le tarot, un point, c’est tout (mais dans tout le tarot : quoiqu’on dise, les arcanes dits « mineurs » ne présentent pas d’infériorité.). Y faire intervenir astrologie, séphiroths, nombres, etc., équivaut à un aveu d’impuissance et d’ignorance.

à suivre.

Tchalaï UNGER
Paru dans « Question de » n°30
mai-juin 1979

par Laurent ÉDOUARD

Tags : ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD