Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Madame Irma n’est pas thérapeute

par Laurent ÉDOUARD

Au fil des années de pratique, il ne m’a pas échappé que la consultation de voyance était souvent utilisée comme anxiolytique ! Les nombreux appels téléphoniques nocturnes, le dimanche et les jours fériés, traduisent l’état d’urgence du consultant qui assimile le voyant à un urgentiste. C’est un peu comme la rage de dents qui vous précipite chez le dentiste… La maladie d’amour est terriblement douloureuse elle aussi. Mais qui, dans notre société aseptisée et  individualiste, est à même de l’écouter, de la comprendre, de la traiter et de lui apporter une réponse satisfaisante ?

medicaments

Le vide face à cette question conduit souvent la personne en souffrance ou tout simplement terrassée par le stress et l’angoisse à consulter un voyant, un médium, un tarologue et ce, sans discernement. Dans sa prison mentale, le consultant est encore moins à même que d’ordinaire de faire la différence entre un astrologue et un numérologue ou un « Nostradamus » et un Laurent ÉDOUARD !

Le grand danger lié à ce type de consultation de voyance précipitée, c’est que l’état de tension psychique induit par la détresse du consultant n’est pas propice à une bonne consultation de voyance. Cet état est susceptible de perturber la perception du voyant, il peut même induire des erreurs en modifiant arbitrairement les cartes choisies (que ce soit par le consultant ou par le praticien). Ce serait un peu long d’expliquer en détail ce phénomène ici et ce n’est pas l’objet de ce billet… J’y reviendrai !

Pour répondre du mieux possible à un questionnement urgent dans le domaine amoureux, il ne suffit pas d’être « voyant », il est souhaitable d’être avant tout « psychologue ». Il est nécessaire de bien connaître l’humain, son fonctionnement, sa subtilité.

Une expérience personnelle riche est un plus pour aider l’Autre. C’est ce que les Soufis évoquent avec l’expression : « se mettre sur le paillasson de l’autre« . Il s’agit pour le praticien de se remémorer sa propre histoire et, du même coup, se souvenir des clés utiles pour dépasser l’ornière et les transmettre au consultant.

La voyance n’est pas une thérapie. Elle ne doit pas le devenir. Par contre, elle peut conduire le consultant sur une voie thérapeutique. La voyance  en elle-même prohibe toute forme de changement et sclérose la vie du consultant. Elle induit de l’immobilisme dans la vie du consultant qui n’a plus qu’une seule chose à faire : attendre.

Le tarologue, dans le sens noble du terme, n’est pas un voyant. C’est un thérapeute/magicien capable de faire dire à l’Autre son histoire personnelle pour lui permettre d’en changer le cours ! Il pousse l’autre à agir.

C’est un autre programme…

Changer le cours de sa vie, ça vous tente ?

Laurent ÉDOUARD

Tags :

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD