Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Tirer les tarots pour soi-même…

La relation qui s’établit entre le consultant et le tarologue suscite de nombreuses interrogations. La première question consiste à savoir s’il est vraiment nécessaire d’être à deux pour consulter les tarots.

Jean-Claude Flornoy, dans le délicieux petit livret d’accompagnement du Tarot de Marseille de Jean Noblet écrit, à propos du tirage du tarot :

« Pour effectuer un tirage de tarot à une autre personne, certaines conditions sont nécessaires. La plus essentielle de toutes est de se mettre sur le paillasson de l’autre, ce que les soufis nomment pratiquer le rappel de soi. Il faut réactiver en nous l’état qui était le nôtre, lorsque nous vivions ce que nous percevons de l’autre. Il faut faire revenir notre ancienne manière d’être et de nous comporter, cette manière qui est justement présente devant nous, tant par les cartes que par la présence du consultant. Le tarot est une géographie sacrée : une carte de géographie des états de l’être.

Il ajoute :

Deux précautions sont à prendre :

- Ne pas faire de tirage pour soi-même, car l’interprétation est alors impossible.

- Eviter autant que possible de faire un tirage à ses proches : les rapports émotionnels perturberaient l’interprétation ».

C’est aussi ce qu’enseigne la mythologie du tarot : ne jamais tirer les cartes pour soi. En réalité, cette interdiction est de nature fictive et superstitieuse. J’en conviens volontiers, le risque de projection lors d’un état émotionnel douloureux et si le questionnement est particulièrement sensible, n’aide pas à « voir clair ». En dehors de ce cas précis, certes fréquent, il n’y a pas de difficulté particulière à interroger les tarots en étant seul.

Un adage ancien prétend qu’un avocat qui se défend lui-même a un fou pour client. C’est peut-être la même chose à propos des tarots, mais dans ce domaine-là, ce n’est pas si grave d’être un FOU. Certaines personnes ne tirent les cartes que pour elles-mêmes. Mme Greer a écrit sur ce sujet: « Tarot for Yourself ».

Le seul problème qui se pose dans ce cas est celui de l’objectivité. La plupart de ces personnes ont recours aux tarots dans des moments d’angoisse ou des périodes difficiles. Il leur est alors malaisé d’interroger sereinement les cartes et de tenter de comprendre leur message. Elles risquent de se limiter à des réactions/commentaires focalisés, ce qu’on ne peut jamais faire lorsqu’on tire les cartes pour un client ou un ami. Si l’on trouve difficile de lire les tirages que l’on se fait à soi-même, il faut parler tout haut, comme si on expliquait les choses à quelqu’un d’autre ou proposer à un ami qui lit également les tarots de se tirer les cartes mutuellement et régulièrement. Les forums dédiés aux tarots sont également une source d’échange et de partage intéressante.

Interpréter un tirage personnel sous le contrôle d’un complice averti permet d’éviter une projection trop manifeste. Votre ami-guide sera là pour corriger/ré-ajuster le commentaire. A vos cartes,

Laurent EDOUARD

Librement inspiré de l’excellent ouvrage de Rachel Pollack intitulé « Tarot »

Tags : ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD