Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Cartomancie

L’intuition, la clairvoyance, la lucidité, mystérieuses facultés à peine effleurées par la psychologie moderne, furent largement mises à contribution dans l’Antiquité où l’on usait pour en provoquer les manifestations, de diverses pratiques, nommées divinatoires.

La cartomancie est la plus simple et la plus efficace de ces méthodes. Elle permet à chacun d’obtenir, dans une mesure proportionnelle à sa réceptivité, la perception de faits situés hors de portée sensorielle dans le temps et dans l’espace.

Elle développe chez tous un certain degré de prescience.

L’initié possède dans le tarot un formidable symbolisme où ses méditations découvrent toute une philosophie ; un oracle mathématique où sont encloses les réponses aux plus formidables questions.

La plus modeste tireuse de cartes, manipulatrice inconsciente des arcanes, réalise grâce à l’état second où la place le rite traditionnel, les conditions psychiques voulues pour saisir les imminentes virtualités.

S’il est aisé à n’importe qui de se décerner à peu de frais un brevet de supériorité en daubant sur les cartomanciennes et leur clientèle, il n’en reste pas moins avéré que cette dernière, nullement limitée au commun des mortels, compte des fervents parmi les sphères les plus éclairées. C’est qu’en dépit de toutes les railleries et de tous les raisonnements à courte-vue, l’expérience montre qu’en appliquant les règles de la cartomancie on peut réellement retrouver le passé, connaître le présent et prévoir l’avenir.

Ainsi s’exprimait Paul-Clément Jagot dans la préface de « Les cartes et les tarots » – méthode des Maîtres de la cartomancie – paru en 1952 aux éditions Dangles.

L’expérience et la pratique quotidienne de la voyance professionnelle confirment ces propos datant déjà de plus d’un demi-siècle. Les personnages diffèrent mais les histoires se ressemblent. Qu’il soit ouvrier, chirurgien, commerçant, avocat ou politique, l’Homme consulte. S’il prend encore aujourd’hui un peu plus souvent les traits d’une femme, il n’en demeure pas moins que la demande évolue aussi. J’évoquerai ces changements de typologie du consultant dans un futur billet…

Laurent EDOUARD

Tags : ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD