Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


Tarot et libido

Le tarot de Marseille, telle une géographie sacrée, représente les différentes étapes du cheminement de l’être, chacune d’elle étant représentée par une carte, atout, lame ou arcane selon le registre sémantique duquel vous vous sentez proche.

Pour cheminer, l’être a besoin d’énergie : c’est la libido. Le fou ou le mat (à partir de Nicolas Conver) représente cette énergie. Rappelons que cette carte n’a pas de nombre et par voie de conséquence, aucune place définie dans le tarot.

Avant d’aller plus loin dans mon propos, il me semble incontournable de définir la libido, terme souvent galvaudé et réduit à un synonyme d’énergie sexuelle.

La libido, c’est l’énergie psychique des pulsions sexuelles qui trouvent leur régime en termes de désir, d’aspirations amoureuses, et qui, pour S. Freud, rend compte de la présence et de la manifestation du sexuel dans la vie psychique.

C.G. Jung, quant à lui, conçoit la libido comme une énergie psychique non spécifiée, se manifestant dans toutes tendances, sexuelles ou non, ce que réfute Freud, qui maintient la référence au sexuel. Rapprochant ses conceptions de la libido, comme énergie de tout ce que l’on peut englober sous le nom d’amour, de l’Eros de Platon, Freud en vient à appeler libido l’énergie de l’Eros. Reprenant la question, J. Lacan propose de concevoir la libido non pas tant comme un champ d’énergie que comme un « organe irréel », qui a rapport avec la part de lui-même que perd l’être vivant sexué dans la sexualité.

Le terme latin de « libido », qui signifie « désir », « envie », « aspiration », tel que Freud en fait usage, désigne « la manifestation dynamique dans la vie psychique de la pulsion sexuelle » ; c’est l’énergie « de ces pulsions qui ont à faire avec tout ce que l’on peut comprendre sous le nom d’amour ».

Mais alors quel rapport existe t-il entre le fou du tarot et la libido ? Nous sommes en présence du personnage le plus dynamique de la série, pas de doute, il se déplace vers la droite de l’image, ce qui dans notre représentation linéaire du temps, correspond à son futur. Il lève la tête vers le ciel pour indiquer qu’il a conscience que quelque chose est « au-dessus » de lui et le guide dans son voyage. Jean Noblet nous montre un « LE FOV » avec des testicules et un pénis bien visibles ! Un animal (ici, il s’agit d’une civette) attire l’attention sur ses organes génitaux.

Pourquoi Jean Noblet insiste t-il autant sur l’aspect viril de son fou, alors que les autres cartiers se contenteront d’un pantalon à l’entre-jambe déchirée, montrant tout au plus un bout de fesse ? S’agit-il d’un détail signifiant, c’est-à-dire porteur de sens ? L’observation attentive du reste de la série des arcanes majeurs tend à confirmer qu’il s’agit-là d’un point essentiel du message tarologique puisque la suite des arcanes est également très sexuée et ce, d’une manière très originale.

Nous avons vu qu’il s’agit d’un personnage très actif (il est debout) et qu’il est en quête de quelque chose qui l’anime sur la roue du Tarot (disposition des images en rota). Ce qui motive le fov, c’est la conscience de sa propre dualité qu’il cherche à comprendre pour la transcender. Son bonnet, divisé en deux partie égales, l’une chair et l’autre bleu ciel, confirme qu’il a conscience que l’union de ces deux composantes présentes en chacun de nous, apporte la solution du conflit intérieur caractéristique de la destinée humaine. Tant qu’il sera incarné, l’individu devra gérer cette double polarité de son être, sans en privilégier aucune. Alors, le retour à l’unité primordiale deviendra possible.

La chair ne constitue donc pas un frein à l’évolution de l’être, elle en est le moteur (la couleur chair est présente dans toutes les cartes). Voila, peut-être, ce qui justifie l’exhibition du pénis et des testicules du fou. Ils constituent un centre énergétique, le chakra racine de la physiologie hindoue, selon laquelle l’énergie vitale circule le long de la colonne vertébrale, en passant par des centres de conscience de la physiologie mystique.

Jean Noblet, Freud, Jung et les autres nous parlent de la libido. Les images sont accessibles à tous quand les textes restent parfois hermétiques. Qui a dit que le tarot était Hermétique ?

Illustration : Jean-Luc LANEZ

Laurent EDOUARD

Tags : ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD