Accédez au site de Laurent EDOUARD >>


La fausse divination !

La fausse divination, ou observation analytique, est une très intéressante technique, qui peut tenir une place de choix dans une Tarothérapie, ou, je préfère l’appeler ainsi, dans un travail évolutif par le Tarot. La fausse divination consiste non pas à faire tirer les cartes, dos retourné, au consultant, mais à les lui faire choisir, puis décrire. On lui demandera où il se trouve _ une ou deux cartes _, où sont sa mère, son père, sa femme, son enfant, etc. Et/ou où sont la Mère idéale, le Père idéal, la femme de sa vie, l’enfant qu’on souhaite. La façon dont il placera lui-même les cartes constitue une mine de renseignements. Proches de lui, loin de lui ? Dans quelle dépendance les unes des autres ?

Il est bon de lui laisser un champ très vaste pour cette opération : grande table, ou toute une pièce, au sol. Ensuite, voyez (si c’est un Occidental, donc avec une conception linéaire du temps, passé à main gauche, futur à main droite) _ où il se place dans sa propre durée. Déjà le choix, la projection que le consultant effectue sur les cartes auxquelles il attribue un pouvoir de représentativité (en fait, de son échelle de valeurs), vous permet d’avoir une idée de ses structures intérieures, et déjà de son enfance, peut-être même des limites qu’il assigne à son avenir.

Ensuite vous lui demandez de décrire les cartes _ avec lesquelles, bien entendu, vous-même avez parcouru un chemin complet. La différence entre l’empreinte énergétique, à laquelle vous avez touché, et le niveau d’interprétation que ce consultant en choisit, vous permet de rencontrer les qualités, de cerner les problèmes, de comprendre les schémas répétitifs de comportement qui modulent sa vie. C’est un jeu pour vous _ quoique avec sérieux, puisqu’on vous fait confiance _ d’utiliser ces facteurs en déduisant rigoureusement les conséquences de ces faits. C’est le portrait de quelqu’un, d’un être humain avec ses faiblesses et ses beautés. Saluez, soyez touché, soyez humble. N’exercez aucune domination. Montrez-lui ce portrait, agissez en miroir conscient

Quelles sont les bases à ne pas perdre de vue ? Les cartes du Tarot présentent le territoire, une image des archétypes qui sont les modèles _ les empreintes énergétiques _ selon lesquels, qu’on le veuille ou non, se forment, s’agrègent, se déterminent toutes les situations possibles. La totalité des Arcanes recouvre la totalité de l’expérience humaine. On peut avancer, en s’appuyant notamment sur l’observation de la schizophrénie par les écoles anti-psychiatriques, que l’ensemble des situations psychologiques humaines recoupe l’ensemble du chemin de l’Humanité, c’est-à-dire que l’homme revit plus ou moins complètement, ou vit à sa manière, l’aventure de la race humaine jusqu’à ce que Tim Leary perçoit comme la fusion galactique (cf. « Neurologics », « Exo Psychology », éd. Starseed Press) Les réactions devant les cartes ont des motivations primaires simples.

Par contre, les descriptions engagent des expériences personnelles complexes. Les cartes qui attirent le consultant sont celles qui l’attirent, celles qu’il reconnaît, qui le sécurisent, les empreintes qu’il a intégrées. Celles qu’il récuse sont les empreintes énergétiques de situations qu’il n’a pas encore vécues ; la violence de ces réactions manifeste simplement la proximité de cette situation dans son avenir ; là encore il reconnaît un modèle qui n’est pas encore intégré, accepté : il y a un conflit actuel. Ou bien il se trouve en cours d’expérimentation, depuis quelques heures ou quelques années ; ou bien le consultant a refusé ce modèle systématiquement chaque fois qu’il se présentait, en fonction d’une sensibilisation particulière, liée soit à son héritage chromosomique, soit à un évènement mal vécu jadis, à un « blocage » ! Ou bien, tout simplement, c’est un modèle que le consultant n’a pas encore rencontré.

Donc les Arcanes que le consultant préfère indiquent ce qu’il connaît de lui. Ceux qu’il récuse indiquent ce qu’il ne peut/veut pas encore accepter. Les situations qu’il ne connaît pas encore mais qui sont très éloignées n’alertent aucune défense de son subconscient, aucune réaction violente, mais un vague et modéré manque d’ »affinités » avec la carte Le diagnostic pourra être extrêmement fin et précis ; selon votre propre qualité et votre état d’indépendance vis-à-vis des cartes. Il n’y a pas de choc _ au sens psychanalytique _ puisque à aucun moment le consultant n’est crûment confronté avec son problème fondamental, dans la nécessité d’une verbalisation de ce problème. Tout se passe au niveau analogique : le travail avec le Tarot permet de ne pas supprimer le « nœud énergétique » du conflit, ce qui serait aussi supprimer l’arrivée de l’énergie, erreur commise par le plus grand nombre de psychiatres. Ce travail permet aussi au consultant (comme à vous auparavant dans la première phase de vos études tarotiques) d’assimiler l’empreinte énergétique en dehors de la crise _ avant, ou après une crise mal vécue, et, par ailleurs, de placer les autres expériences archétypales déjà vécues dans la structure générale dont le Tarot est le reflet.

Votre rôle doit donc se limiter à faire décrire la carte le plus exactement possible au consultant, enregistrer ses réactions et en permettre l’objectivation. Le Tarot opère une telle prise de force (attention au mot « prise de conscience » : une confusion se révèle fréquemment entre les termes de conscience et d’esprit. La conscience, privilège de l’EGO, n’est pas l’Intangible ni l’Esprit, ce que notre EGO voudrait bien nous faire croire), une telle compréhension, une telle rencontre avec la Réalité, que le consultant acquiert dès le commencement un surcroît de vitalité et une régulation de l’énergie, spectaculaires.

Cette observation analytique ou information habile, ou fausse divination, exige un déconditionnement que le corps même du Tarot, avec ses couleurs, ses personnages qui semblent souvent faits de bric et de broc, de pièces et de morceaux, suffit à apporter. Cependant, des règles de bon sens restent à pratiquer.

Ne vous livrez pas à cet exercice n’importe où ou n’importe quand, ni avec n’importe qui : la sincérité du consultant est au moins aussi nécessaire que votre propre désir d’apporter une aide. Mais encore une fois, ni domination, ni abus de votre propre échelle de valeurs… Tranquille, l’EGO : vous n’avez rien à prouver.

Extrait de « Le Tarot, pourquoi, comment, jusqu’où » notice 1981 de Tchalaï pour Grimaud

Laurent EDOUARD

Tags : , , ,

Les commentaires sont fermés.


© 2008 - 2011 Laurent EDOUARD